Pierres de Corse : Vert d’Orezza, Diorite Orbiculaire, Oeil de Sainte Lucie

Vert d’Orezza

Née il y a 50 millions d’années à plus de 20 Km sous la surface de l’écorce terrestre, le vert d’ orezza est une pierre unique au monde : le seul gisement remarquable se situe en Corse.
Une composition rarissime de minéraux comme la pumpellyite, la titanite, le rutule, la lawsonite, confère à la pierre des couleurs étonnantes – vert émeraude et gris bleuté – et lui donne son caractère précieux : les spécialistes n’hésitent pas à l’appeler  » gabbro euphotide à smaragdite  » c’est à dire la pierre d’ émeraude ( du grec smaragda qui signifie émeraude ).
Eblouissantes, telles sont les réalisations en « verde d’Orezza ». Les plus prestigieuses remontent au XVIIème siècle à Florence en Italie ; nous les devons au prince Giovanni de Médicis qui fit construire un mausolée digne de la puissance et de la richese de sa famille ; « Le verde d’Orezza » occupe une place importante dans la décoration intérieure du tombeau dont les murs et le sol sont entièrement revêtus de pierres fines richement travaillées.
A la même époque le « verde d’ Orezza  » inspirait les artistes Florentins : les bijoux du « trésor des Médicis », l’autel de l’église San Lorenzo, les « peintures de pierres » de l’opificio delle pierre dure, les meubles Florentins incrustés de pierres fines …
De belles réalisations sont parvenues en France comme les tables de Mazarin et le guéridon du Château de Dourdan ou l’on retrouve le verde d’ Orezza au centre du plateau, entouré des 97 pierres les plus appréciées de l’époque.
Aujourd’hui le vert d’Orezza renaît ; sa couleur et son dessin séduiront les décorateurs et les plasticiens les plus exigants.
Plongez votre regard dans les pupilles émeraudes de cette pierre semi précieuse de Corse.

Vert d'Orezza
pierres-vert-d-orezza
Illustration : le guéridon du château de Dourdan
Illustration : le guéridon du château de Dourdan

Diorite orbiculaire

La diorite orbiculaire de Sainte-Lucie de Tallano est une roche Corse rarissime, exceptionnellement belle avec ses cercles concentriques bien dessinés et ses contrastes de gris, de blancs et de noirs.
Découverte à Sainte-Lucie de Tallano en 1785, cette pierre orbiculaire est pratiquement introuvable de nos jours ; seuls quelques privilégiés qui en ont hérité de leurs famille conservent des blocs ou échantillons arrachés à la

Bijou en diorite orbiculaire

Bijou en diorite orbiculaire

montagne alors que les abords de la mine – surveillés -, étaient néanmoins accessibles aux plus débrouillards. Aujourd’hui, on dira à l’amateur qui sillonne la région en quête de quelques « miettes » de ce minéral: « là bas… ou de ce côté… ou encore – en pointant du doigt la montagne -, par là haut… à bon entendeur, salut…. Il existe trois variétés de Diorite Orbiculaire Corse. Les beaux spécimens que je possède à l’atelier, que j’ai sélectionnés et découpés en tranches, je les ai achetés ou échangés à d’ heureux possesseurs, qui parfois, en faisant des travaux, en ont découvert un bloc enterré au fond de leur cave.
La découpe des orbicules à la scie circulaire diamantée, sous injection d’eau, est lente et périlleuse, car pour posséder un échantillon entier, on va en perdre deux ou trois autres : c’est pourquoi le prix élevé des bijoux réalisés avec de la diorite Orbiculaire de qualité, compte tenu de sa rareté et des imprévus à la travailler, est justifié.
Les modèles représentés ont une indication de poids métal – toujours en or pour les éléments exceptionnels polis miroir au diamant, ce poids varie d’un orbicule à l’autre.

Exceptionnels blocs de diorite orbiculaire
Exceptionnels blocs de diorite orbiculaire

Oeil de Sainte Lucie

LE GASTÉROPODE : ASTRAEA RUGOSA

Le gastéropode « biou » ou Astrae Rugosa

Le gastéropode sur la photo est appelé Turbot Rugueux ou « Biou », Il a pour nom scientifique: Astraea Rugosa, Astralium Rugosum ou astrée rugueuse. Il s’agit d’un mollusque ayant en général une coquille dorsale spiralée et pourvue d’un large pied ventral sur lequel il rampe.
Le Turbot est muni d’un opercule qui est une pièce cornée servant à obstruer l’ouverture.
Cet opercule est recouvert sur sa face extérieure d’une fine corne noirâtre qu’il faut enlever par un polissage minutieux avec adjonction d’eau pour ne pas brûler ou casser la nacre. Son autre face semble sculptée, elle est d’un magnifique orangé nacré et ressemble à une petite oreille Après le polissage cette enveloppe noirâtre disparaît et l’on peut voir alors une belle volute marron sur fond blanc.
Ce mollusque est un gastéropode dit turbinidé qui ressemble à un bigorneau mais d’une espèce particulière car sa coquille n’est pas pointue mais ronde. Ces gastéropodes s’accrochent tous seuls aux filets des pêcheurs. C’est de ceux-là que proviennent les beaux opercules.

Bijou oeil de sainte lucie

Bijou oeil de Sainte Lucie / Clic pour la boutique

Ces mollusques quand ils sont jeunes ont un prédateur, le poulpe. Il brise la coquille, mange le gastéropode et recrache l’opercule.
Ainsi ceux de petite taille viennent s’échouer sur les plages de la Corse après une violente tempête. Il faut avoir l’oeil et beaucoup de patience pour les trouver au milieu des débris et des algues qui longent les plages. Roulés par la mer et le sable ils présentent une face blanchâtre dépolie qui se confond avec le sable. Ils ne se voient bien que lorsqu’ils montrent leur face orangée nacrée qui scintille au soleil.

Oeil de Sainte Lucie
Yeux de Sainte Lucie sur l'étal de pêcheurs
Partagez !

Start typing and press Enter to search